La traduction de ce spectacle est financée grâce au soutien de








 

QUELQUES INFOS sur l’interprétation de ce spectacle

Le texte initial, avant-même que l’idée de le faire interpréter en langue des signes n’émerge, avait lui-même déjà traversé des langues et des canaux de communication variés. Pour les langues, il a été initialement écrit en portugais (auteur du Mozambique), traduit en espagnol (création à Cuba) et retraduit en français (rejoué plus tard en Suisse) ; pour les canaux, il s’agit du chant et de la musique en plus de la parole.


Ainsi, la langue des signes s’inscrivait comme un canal complémentaire et une langue supplémentaire dans la mise-en-scène déjà jalonnée en matière de diversités !


Les particularités de la présence de l’interprétation en langue des signes étaient les suivantes:


(1)Les trois interprètes en étaient incluses à la mise-en-scène et leurs positions étaient flexibles: elles se levaient et se déplaçaient sur la scène. Or, rien n’est plus difficile d’avoir des repères pour savoir « quand on se déplace et où ? » ou « quand se lever et s’asseoir ?»…. car on n’apprend pas cela en formation d’interprète !


(2)Un des personnages du spectacle est un Sourd (comédien entendant jouant un personnage sourd)… et s’exprimant donc en langue des signes (initialement langue des signes cubaine, certains passages en LSF appris sur place pour la version à Genève). La langue des signes avait donc déjà une place particulière indépendamment du spectacle rendu accessible aux Sourds de par la présence des interprètes.


(3)L’espagnol étant présent dans le spectacle, en chanson ou en réplique, il importait de savoir quand traduire et quand ne pas traduire ces moment-là: certains passages étant visuellement clairs et émotionnellement intenses, il a été demandé aux interprètes de rester stationnaires sans traduire, dans la mesure où le public non-hispanophone était également « linguistiquement inatteignable », l’idée étant de se laisser imprégner par l’ambiance, les expressions du visages, les moindres mouvement plutôt que le texte littéral…. qu’on soit Sourd ou entendant. Difficilement acceptable pour des interprètes habituées à « tout traduire » même si parfaitement compréhensible artistiquement.


(4)Pour une interprétation théâtrale impliquant plusieurs interprètes, une part importante du travail revient à mémoriser « qui traduit quoi et quand »… cela dans la mesure où il faut non seulement reconnaitre les voix des comédiens, mais aussi dans la situation où la même interprète ne traduit pas forcément les mêmes personnages d’une scène à l’autre, acquérir une structuration mentale du spectacle pour ne pas « oublier son tour » d’interprétation, ni « voler la réplique » à l’autre interprète.


(5)La part la plus complexe du travail de traduction a résidé dans le fait de découper des passages cohérents pour chaque interprète. Il a fallu complètement revoir la répartition des personnages/ passages car ce qui avait initialement été prévu s’avérait impossible pour les interprètes. Ce découpage devait permettre aux interprètes de s’orienter clairement à la voix d’une part et de pouvoir gérer le débit d’expression des différents comédiens sans qu’il y ait des chevauchements.


(6)Certains passages, très poétiques et métaphoriques, ont nécessité des pirouettes de traduction pour tenter, modestement, de rendre non seulement le sens (cela est ordinaire dans le métier d’interprète) mais en plus – et surtout – l’émotion et l’ambiance dégagées par la puissance du texte et la parole des comédiens.


La collaboration avec le metteur-en-scène, les comédiens et les musiciens fût exceptionnelle : les 3 interprètes, même si elles n’étaient pas présentes à toutes les répétitions, ni toutes les représentations, furent accueilles et reconnues comme pleinement participantes à l’ensemble du spectacle. La générosité de tous et la disponibilité de chacun à mettre les interprètes à l’aise et à leur fournir tous les éléments pour leur confort scénique peuvent être considérées comme des joyaux de la richesse humaine. Les 3 interprètes ont eu un immense plaisir à cette collaboration chaleureuse avec toute l’équipe et remercient vivement tout le monde: metteur-en-scène, comédiens et musiciens.